> Philosophie

«Parler du goût! C’est parler de tout! C’est parler du monde! C’est parler de moi! Parler de la vie! Parler de l’art! Et, bien sûr, de la cuisine! Mais oui! Le goût ça se donne, ça se cultive. C’est comme la musique, comme l’œil du peintre».

«C’est un sens ancré au milieu des autres. Ça se nourrit, intimement, à chaque instant, chaque jour. C’est un épanouissement...»

«J’ai toujours voulu que mon resto soit un lieu d’ouverture, dynamique, présent maintenant mais tourné vers demain, tout en restant soucieux de hier mais sans jamais perdre de vue son objectif: Plaisir, générosité, amour...»


> Le cuisinier

Pour tenter de le décrire, on dira qu’il pratique une cuisine libérée donc verte et végétale, curieuse et volage, sensuelle et solaire. Ce natif d’Amiens est devenu Fribourgeois par la grâce des rencontres et des détours, errant de la Baie de Somme aux pierres pâles de la Vieille Ville.

En quatorze années passées à l’Auberge de Zaehringen, Frédérik s’était déjà taillé une belle et bonne réputation. Et puis au printemps 2005, il a remonté toute la rue, la très longue Grand-Rue, longé les vénérables bâtisses XVe, pour prendre possession de cet endroit «simple et beau», ex-Union du cuisinier-charcutier Corpatoo, ex café popu… Il s’est installé avec son piano – ou plutôt ses deux pianos – ses envies de changement, en a fait un lieu plus culturel que jamais, avec des expos, des musiciens et des soirées thématiques. Il a fait de la terrasse étroite un parfait jardin suspendu, fleuri de citronniers, d’un olivier, d’herbettes, une mini-véranda ouverte sur la Basse Ville. (...)

Véronique Zbinden

> Interview de Fédérik Kondratowicz à la télé, «Promu de l’année» GaultMillau


> L'équipe

> Côté cuisine
Jamie depuis le début de notre aventure le bras droit du chef et puis Julien, Juliette, Jérémy, Milla, Manuella.

> Côté salle
Laurent, Paul, Eric, Sayga et aussi Simon, Aurélia...
Plus que servir, faire plaisir, partager, donner au client ce sentiment impalpable d'être simplement bien.

Après vient l’amitié, les rires, et nous la famille: Anne & moi, les nôtres Simon, Ladislas, Evanmael, Leonalou & Eléa.


«Le rôle du cuisinier commence là où s'arrête le travail de l'artisan, l'œuvre de la nature. Il consiste à rendre très bon ce qui, déjà, est très beau».

Alain Ducasse